• Economiser l énergie
  • Chauffage hydraulique
  • Insights
  • Radiateurs
  • Rénovation

Augmentation de l’efficacité énergétique : comment le chauffage à basse température peut vous aider à vous faire économiser jusqu’à 30 % d’énergie

Afin de rendre nos bâtiments plus éco-énergétiques, de nombreuses personnes passent au chauffage à basse température. Dans les bâtiments plus anciens, cela implique souvent l’installation d’une nouvelle chaudière, ce qui implique à son tour le remplacement de la plupart des radiateurs. La décision de rénover le système de chauffage implique donc un certain coût, mais il ne fait aucun doute que celui-ci soit récupéré à long terme en raison de la réduction de la consommation d’énergie, qui, selon notre étude, peut atteindre 30 %. Naturellement, le potentiel d’économies exact doit être calculé individuellement, car chaque bien est différent et les recommandations générales ne peuvent servir que de ligne directrice. Cependant, il est évident que la technologie de chauffage moderne ne développe son potentiel maximal que lorsque les générateurs, les émetteurs et la technologie de régulation sont parfaitement adaptés.
economiser 30 pour cent energie

Rénover les systèmes de chauffage pour économiser de l’énergie

Étant donné que les bâtiments sont responsables d’environ 40 % de la consommation d’énergie mondiale et que les systèmes CVC représentent près de la moitié de cette consommation d’énergie, le système de chauffage et de refroidissement joue un rôle important dans les économies d’énergie. Cependant, ce potentiel d’économies ne peut être maximisé que si le bâtiment et la technologie du système sont considérés dans leur ensemble.

Abaisser les températures du système à l’aide de la technologie de condensation est un pas dans la bonne direction. Si les températures du système sont basses, une plus grande quantité de chaleur peut être récupérée des gaz de combustion, ce qui réduit les pertes de chaleur et augmente l’efficacité du système de chauffage. Exploiter tout le potentiel d’économies de la technologie de condensation, de la technologie de régulation moderne et de l’utilisation des énergies renouvelables (par ex. le solaire) sont nécessaires.

Cela signifie que lorsqu’une nouvelle chaudière est installée et que les températures du système sont abaissées, les émetteurs de chaleur, qui dans la plupart des cas sont des radiateurs, doivent être adaptés au nouveau régime de température. Les développements techniques et diverses mesures de conception, y compris la forme et l’agencement des plaques convectrices, ont permis de rendre les radiateurs beaucoup plus efficaces. Cela leur permet de fournir la même puissance calorifique que les anciens radiateurs de la même taille avec des températures système inférieures. Aujourd’hui, nous avons même des ventilo-convecteurs, tels que l’iVector S2, qui peuvent fonctionner à des températures inférieures à 40 °C.

Un système de chauffage par le sol hautement dynamique convient également à la technologie de condensation. Lorsque cela est judicieux, des radiateurs associés à un plancher chauffant rafraîchissant peuvent également être installés en combinaison.   

Économiser de l’énergie étape par étape

Bien que ce soit un scénario de rêve pour les propriétaires de bâtiments, et la planète, de pouvoir économiser une quantité importante d’énergie avec une ou deux interventions seulement, cela ne fonctionne malheureusement pas de cette manière. En réalité, nous constatons qu’il s’agit plus souvent d’un processus à long terme au cours duquel des optimisations occasionnelles sont effectuées en fonction du budget et du temps disponibles. C’est exactement ce qui a été simulé dans une étude que nous avons déjà réalisé il y a plusieurs années. Bien que nous soyons bien conscients que les techniques de construction et la technologie de chauffage se sont perfectionnées depuis, les lois de la thermodynamique restent les mêmes et l’exemple est toujours très pertinent aujourd’hui.

Comparaison de l’ancien et du nouveau système de chauffage

Phase 1 : aucune mesure d'économie d'énergie n'est appliquée / Phase 2 : l'isolation thermique du bâtiment est optimisée / Phase 3 : les radiateurs sectionnels sont remplacés par des radiateurs modernes à basse température

L’étude compare la consommation d’énergie dans un espace de vie de 18 m2 avant et après l’application de mesures d’économie d’énergie. Dans son état initial, la pièce a une demande de chauffage de 125 W/m2, soit 2250 W. Les anciens radiateurs sectionnels 110/600 conformes à la norme DIN 4703 sont utilisés à des températures standard de 90/70/20 °C. Pour répondre à la demande de chauffage, les radiateurs mesurent 1600 mm de long.

Dans un premier temps, l’isolation thermique du bâtiment est optimisée, ce qui réduit presque de moitié la demande de chaleur à 1 170 W. Cela permet des températures de départ inférieures de 62/50/20 °C. Les températures du système peuvent d’abord être réduites à l’aide de la chaudière existante. Cependant, une nouvelle chaudière à condensation permettra un rendement plus élevé.

Afin d’optimiser davantage la consommation d’énergie du système et de s’assurer que les émetteurs de chaleur correspondent bien au nouveau régime de température, l’étude remplace les radiateurs sectionnels par des radiateurs de type 22 modernes. Lorsque la longueur des radiateurs reste de 1600 mm, ces nouveaux radiateurs permettent d’abaisser encore plus les températures du système à 50/41/20 °C.

Consommation d’énergie réduite et confort accru

La combinaison de toutes ces mesures d’économie d’énergie offre plusieurs avantages. Tout d’abord, l’isolation optimisée minimise les pertes de chaleur dues aux fissures dans les murs, les fenêtres et les portes et est une condition préalable à l’utilisation d’une pompe à chaleur, si celle-ci est installée ultérieurement. Deuxièmement, les températures inférieures du système réduisent les pertes de chaleur dans les conduits de distribution et permettent une utilisation optimale d’une chaudière à condensation. Les nouveaux radiateurs, à leur tour, intègrent une technologie de régulation plus efficace, ce qui permet une régulation précise de la température pour optimiser davantage la consommation d’énergie. L’étude montre que lorsque toutes les mesures sont combinées, il est possible d’économiser 15 à 30 % d’énergie par rapport à l'installation précédente. L’amélioration du confort climatique intérieur ainsi créée est un plus pour les occupants du bâtiment.

Processus progressif

Comme le souligne l’étude, plusieurs pièces de puzzle sont nécessaires pour atteindre le résultat souhaité. Améliorer l’efficacité énergétique de nos bâtiments et réduire nos factures d’énergie ainsi que notre impact sur le changement climatique est un processus étape par étape dans lequel chaque intervention contribue au résultat final. À condition qu’un bâtiment soit correctement isolé et que ses valeurs énergétiques soient optimisées, une rénovation du système de chauffage avec une nouvelle chaudière et des radiateurs modernes à basse température équilibrés hydrauliquement permet de réaliser d’importantes économies d’énergie, un bâtiment à la fois.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les économies d’énergie ou le remplacement simple d’anciens radiateurs par des radiateurs basse température modernes, n’hésitez pas à nous contacter. Nous restons à votre entière disposition pour toute question.